mardi 8 juin 2021

Les échelles du levant- Amin Maalouf

 "La vie trouve toujours sa voie, comme un fleuve détourné de son lit et creuse toujours un autre". 

Auteur: Amin Maalouf

Genre: Roman

Edition: Livre de Poche

Date de publication: 1996

Nombre de pages: 253

Synopsis: "Echelles du Levant"  était le nom que les gens donnaient à ce chapelet de cités marchandes par lesquelles les voyageurs d'Europe accédaient à l'Orient. 

Ce roman raconte l'histoire d'un héros Ossyane, un héros de la guerre.  En effet, ce roman débute avec la rencontre entre l'auteur et Ossyane, une rencontre inattendue, imprévisible qui va complètement changer la vie de l'auteur qui se souviendra à jamais de ces quelques jours passés en compagnie de cet homme qui a dû passer par pleins d'épreuves pour arriver là où il est aujourd'hui, il a vécu la deuxième guerre mondiale, a participé à la résistance et a fait face à la guerre qui déchirait le proche orient entre le Liban et la Palestine. Ce roman relate la vie d'un homme courageux qui a fait face à son destin, un homme modeste qui ne s'est jamais vanté de ses mérites, la vie d'un homme qui a vécu des moments heureux accompagné de sa femme mais qui a perdu toute once de bonheur lors de sa folie et de son internement par son frère dans un hôpital psychiatrique pendant plus de 20 ans. Un internement qui lui a fait perdre le goût de la vie jusqu'à l'arrivée de sa fille, Nadia pour le sauver. Un événement qui va lui permettre de se reprendre en main et de rattraper le temps perdu et peut être de retrouver sa femme, son grand amour. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est le premier livre que je lis d'Amin Maalouf mais il m'a impressionné. Je trouve que sa manière de décrire les choses, de retranscrire des sentiments, des émotions est délicate, passionnée, réaliste, optimiste. Il décrit comme si la scène se produisait sous les yeux du lecteur, il n'omet rien et n'ajoute rien de plus, il retranscrit la réalité telle qu'elle est. 

Ce roman m'a touché particulièrement dû à mes origines libanaises, j'ai pu me reconnaitre un peu en ce personnage. Un personnage qui raconte la vie au Liban, qui décrit les maisons, les jardins. Un personnage qui a vécu l'horreur de la guerre mais qui a toujours gardé en lui un espoir que les choses redeviendraient comme avant entre les arabes et les juifs, il s'est même marié avec une juive pour essayer de faire la paix avec cette haine qui liait les arabes aux juifs et de démarrer un nouveau départ, une nouvelle conception des choses. 

J'ai beaucoup aimé la fin du roman. Je trouve qu'il n'y a rien de plus subtil, pour la première fois dans un roman où l auteur raconte l'histoire de quelqu'un d'autre, la fin combine parfaitement bien ces deux histoires, l'histoire de la personne qui raconte et l'histoire de la personne qui écrit. Je trouve aussi que l'amour dans ce roman est un amour inconditionnel, c'est un amour pur, que ce soit l'amour envers une femme, envers sa fille, envers un ami. Cet amour ne fait face à aucune exagération et c'est ça qui rend ce roman encore plus réaliste et vivant. N'importe qui peut reconnaitre en cet amour, un amour qu'il aurait vécu.

FUN FACTS:

  • Amin Maalouf est attaché à l'histoire surtout à celle de son pays, le Liban qui reste comme l'ombilic de son oeuvre ou mieux comme le chaudron alchimique qui permet et justifie son écriture.

  • L'histoire comme destin des personnages, soit victimes, soit meneurs voilà qui intéresse Amin Maalouf au premier chef.

  • Le tableau d'ensemble dressé par l'écrivain met trop le doigt sur les problèmes millénaires d'un Orient qui fut longtemps l'un des phares culturels du monde pour que les personnages puissent y trouver le bonheur, du moins un bonheur par autre chose qu'une résignation ataraxique. 




mardi 1 juin 2021

Noces et l'été- Albert Camus

"Pour un homme, prendre conscience de son présent, c'est ne plus rien attendre".

Auteur: Albert Camus

Genre: Roman

Edition: Folio

Date de publication: 1959

Nombre de pages: 183

Synopsis: Ce livre est divisé en deux parties, "Noces" suivit de "l'Été", Noces est composé de quatre récits lyriques, exaltation de la nature, mais aussi impressions et méditations sur la condition humaine et la recherche du bonheur. Ce livre met en relief l'Algérie, la terre d'origine de l'auteur, il nous fait part de ses souvenirs d'enfance, de sa terre, de la beauté de sa terre, il nous raconte ses pensées concernant la nature. L'été quand à lui parle de l'été à Alger, cet été qui mène à repenser sur l'existence de l'homme, sur sa condition, sur l'espoir. 


Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. Je trouve que parfois lire des livres comme ça nous redonne de l'espoir en l'humanité. Ces phrases douces, délicates, sincères, c'est ce qui permet à l'homme de réfléchir, de penser, de s'interroger, de comprendre qui il est et son existence. 

À travers ce roman Albert Camus nous offre sa vision des choses, un jeune homme de 26 ans qui est assez grand pour avoir du recul sur sa jeunesse mais qui est encore jeune pour être nostalgique de ce qu'il a perdu. En effet, on ressent dans ces deux tomes Noces et L'été que Camus est triste et nostalgique de sa terre natale, l'Algérie, il pense avoir perdu toute innocence, insouciance et jeunesse mais il se rend vite compte que ses émotions ont toujours été avec lui et seront toujours avec lui. Ce qui est beau dans ce livre c'est l'éloge qu'il fait de la nature, Camus a le don de poser des sentiments sur des phrases simples. Il arrive à nous montrer la beauté de la nature, la complexité de l'homme. 

Je trouve que ce roman est fait pour être lu calmement, il nous emmène ailleurs, dans des terres inconnues, dans l'univers de l'auteur, dans ses pensées. Ce roman regorge de vérités et de philosophies. En effet, Camus nous explique le sens de la vie, et nous enseigne comment il faut vivre sa vie. Il ne faut pas rester accrocher dans le présent, il faut se raccrocher au passé et penser au futur, il faut vivre sa vie comme si on attendait toujours quelque chose d'autre, il ne faut pas se contenter de ce que l'on a, car ne plus attendre c'est ne plus vivre. 

"Il vient toujours un moment où l'on a trop vu un paysage, de même qu'il faut longtemps avant qu'on l'ait assez vu". 

"Il y a un temps pour vivre et un temps pour témoigner de vivre". 

"L'espoir, au contraire de ce que l'on croit, équivaut à la résignation. Et vivre ce n'est pas se résigner". 

"Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait en moi un été invincible". 

"Qu-est ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu il mène?". 

"Etreindre un corps de femme, c'est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la mer". 

"S'il y a un péché contre la vie, ce n'est peut être pas tant d'en désespérer que d'espérer une autre vie, et se dérober à l'implacable grandeur de celle-ci". 

FUN FACTS: 

  • Noces suivit de l'été est un roman autobiographique où Camus raconte à l'âge de 26 ans son avis sur la solitude, la nature, l'homme et sur l'amour. 

  • Albert Camus nait à Mondovi, en Algérie en 1913. pendant la seconde guerre mondiale il intègre un mouvement de résistance à Paris puis devient rédacteur en chef du journal "Combat" à la Libération. Romancier, dramaturge et essayiste, il signe notamment l'étranger et la peste et reçoit le prix Nobel de littérature en 1957. Il meurt en 1960 dans un accident de voiture. 


samedi 29 mai 2021

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil- Haruki Murakami

 "Eh bien, c'est pareil. Notre monde est comme ça. Quand il pleut, les fleurs poussent et quand il ne pleut pas, elles fanent. Les lézards mangent les insectes, et sont mangés par les rapaces. Mais tous finissent par mourir et se dessécher. Une génération disparait, une autre prend sa place. C'est une règle absolue. Il y a différentes façons de vivre, et différentes façons de mourir. Mais c'est sans importance. La seule chose qui reste en fin de compte c'est le désert". 

Auteur: Haruki Murakami

Genre: Roman

Edition: 10-18

Date de publication: 1992

Nombre de pages: 224

Synopsis: Ce livre raconte l'histoire de deux japonais, un garçon "Hajime" et une fille "Shimamoto-san" qui se sont rencontrés depuis qu'ils sont petits et sont tombés amoureux à 12 ans et qui se sont quittés à 12 ans. Malheureusement, Shimamoto-san a déménagé et Hajime pour ne pas souffrir décide de ne plus la revoir. Chacun fait sa vie de son côté, Hajime se marie, a deux filles et ouvre deux clubs de jazz qui ont beaucoup de succès. Tout se passe bien dans sa vie, il est heureux, jusqu'au jour où il va rencontrer un soir dans un de ses clubs Shimamoto-san. Cette rencontre va bouleverser sa vie, elle ne sera plus jamais la même. Désormais, Shimamoto-san hante ses nuits et sème le doute dans sa vie déjà bien arrangée. Cette derniere ne souhaite jamais parler d'elle même et toutes ses discussions riment à deux mots, des "peut être" et des "quelques temps". Hajime n'est plus le même il revit à travers cette rencontre ses souvenirs de ses 12 ans, il a l'impression de redevenir ce petit garçon qui se tenait devant cette fille, son amour de jeunesse, la femme qu'il aurait aimé épouser, il a l'impression de ne plus savoir qui il est, ce qu'il veut et ce qu'il aimerait faire. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est un vrai coup de coeur. Les coup de coeur ne s'expliquent pas et ce livre ne s'explique pas. Pour moi, un coup de coeur c'est un coup au coeur, c'est un sentiment que nous procure un livre, une émotion, cette émotion je la garderais pour toujours au fond de moi même. C'est le premier roman que je lis de cet auteur et j'ai beaucoup aimé son style d'écriture. Sa façon d'écrire est nouvelle pour moi, j'ai découvert un nouveau monde, le monde japonais. Cette culture japonaise si particulière  si différente de la notre. Ces personnages qui ressentent les choses d'une manière tout à fait unique et indescriptible. Les sentiments qu'il décrit sont vrai, sincères et surtout profonds. On ressent dans sa plume une profondeur particulière, une profondeur qui nous touche et nous bouleverse. 

Ce que j'ai aimé dans ce roman c'est l'histoire, une histoire d'amour peu commune qui commence de manière tout à fait ordinaire voire de manier clichée avec une rencontre à l école entre deux enfants de l'âge de 12 ans et qui se termine de façon tout à fait inattendue, de façon spectaculaire. Je trouve que cette histoire d'amour est marquante de par la personnalité des deux personnages. D'une part, on retrouve Hajime, un garçon réservé, cultivé qui arrive à percevoir la beauté des êtres qu'il rencontre et d'autre part, Shimamato-san, une fille timide, handicapée qui ne ressemble à aucune autre fille, qui est imprévisible et qui sait comment procurer des émotions aux personnes qu'elle rencontre. 

Cette relation entre ces deux personnages est hors du commun. En effet, ces deux êtres se sont rencontrés et se sont trouvés et malgré les années où ils ne se sont plus revus, ce sentiment d'insatisfaction, de manque, de vide à combler ne les a jamais quitté. À partir du moment où un homme et une femme se trouvent, ils ne se perdront jamais. Cette impression d'être compris par quelqu'un, d'être soi-même, d'être unique aux yeux de l'autre, d'être une moitié prête à être complétée par une autre, cette sensation d'être inutile sans l'autre, d'être vide sans l'autre, d'être inexistant sans l'autre. C'est ça l'amour, le vrai. Un amour sincère qui dépasse tout, le temps, la vie, la mort, le néant. C'est un amour qui surmonte tout et qui ne s'éteint pas. C'est un amour qui construit, détruit, reconstruit. C'est un amour passionnel et déchirant. 

FUN FACTS: 

  • Haruki Murakami est un auteur culte dans le monde entier.

  • Haruki Murakami écrit d'abord pour lui. Il dit qu'il n'est pas un conteur d'histoires mais plutôt un observateur d'histoires. Il a dit que "je suis une personne réaliste, terre à terre, mais quand j'écris de la fiction je vais dans des espaces bizarres, secrets de moi même". 

  • Haruki Murakami lit toutes les traductions en anglais de ces romans, il estime que les traductions anglaises de ses livres font de ses romans de nouveaux romans. Il a toujours eu comme but de traduire "The Great Gatsby" car pour lui la traduction est mauvaise. 

mardi 11 mai 2021

le vieil homme et la mer- Ernest Hemingway

 "But man is not made for defeat, " he said. "A man can be destroyed but not defeated". 


Auteur: Ernest Hemingway

Genre: Roman

Date de publication: 1952

Edition: Folio

Nombre de pages: 148

Synopsis: Ce roman parle de l'histoire d'un vieil homme pécheur, "Santiago" qui va aller en mer pour capturer son plus grand poisson. Une bataille qui va nous permettre de connaitre ce vieil homme, de comprendre ce qu'il est, d'écouter ses pensées, ses doutes, ses peurs. Cette pêche ne va pas être juste une pêche, ca va être une quête de soi. En effet, le vieux à travers ce voyage va réussir l'exploit de sa vie. Il va réussir quelque chose qu'il n'avait jamais accomplit étant jeune. De plus, Santiago est lié d'amitié avec Manolin, un jeune pêcheur qui l'admire et qui s'occupe très bien de lui. Cependant ce dernier s'est vu interdire par ses parents de pêcher avec Santiago. Mais suite au retour de Santiago après sa pêche, une pêche qui l'a laissé exténué, dévasté par le chagrin, Manolin a décidé qu'il pêcherait avec son ami malgré l'interdiction de ses parents parce que ce vieil homme est tout pour lui, c'est lui qui lui apprend les choses de la vie, la pêche, la simplicité. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. Je trouve qu'il ne ressemble en rien aux autres livres que j'ai pu lire. Comme d'habitude, la plume d'Ernest Hemingway me surprend de par sa simplicité, son réalisme, sa fluidité, sa cohérence. En effet, ce roman regroupe plusieurs thématiques qui fascinaient Hemingway, surtout le thème des hommes qui surpassent la nature. En effet, dans ce roman, malgré la difficulté  Santiago réussit à capturer un poisson énorme. Ce qui montre la ténacité, le courage et la détermination. 

Mais c'est aussi cette nature cruelle qui pousse Santiago à capturer le poisson, c'est son amour pour la mer et pour la pêche qui va l'aider à surmonter la cruauté de la mer. C'est donc l'amour de la chose qui va vaincre cette cruauté. 

Ce roman est fait pour être lu d'un trait. C'est une épopée, un voyage extérieure et intérieur, le lecteur vit à travers le vieil homme, il devient vieil homme, il comprend ses difficultés, sa fatigue, sa douleur, son angoisse. Il admire son courage, sa ténacité, sa rage, son dévouement. 

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman c'est la manière dont il est écrit. En effet, Hemingway détient l'art de décrire d'une maniere très réaliste, sans jamais rien rajouter, sans écrire de belles phrases pour l'esthétisme, ce qui lui importe c'est l'histoire et le sens de l'histoire. Hemingway ne recherche pas l'admiration du lecteur mais son approbation. Il souhaite que chaque roman lu soit compris, remis en question, débattu. Il ne veut pas écrire pour modifier la douleur en beauté, il veut écrire pour retranscrire la douleur comme elle est, il veut écrire pour retranscrire la vie telle qu'elle est avec ses joies mais aussi ses peines, ses déceptions, ses peurs. 

Ce qui m'a marqué dans ce roman c'est aussi la relation très particulière entre Santiago, le vieil homme et Manolin, le jeune pêcheur.  C'est une relation grand père, petit fils mais aussi père, fils mais aussi frère et frère. On remarque que Manolin admire le vieil homme pour sa sagesse, il le respecte pour son courage, il l'aime comme un père, il l'admire comme un grand père et il le comprend comme un frère. Je trouve que le fait d'avoir montrer une telle relation entre deux inconnus, qui ne sont reliés par aucun lien nous pousse à comprendre que l'amitié n'a pas d'âge, que l'amour n'a pas d'âge. Cette relation entre ces deux personnages fait toute la différence dans ce livre parce que le roman débute avec la complicité de ces deux hommes et finit avec la tendresse qu'ils se portent l'un pour l autre, cette relation est inversée à la fin du roman, en effet, au début du roman on retrouve un rapport de supériorité entre le vieil homme et Manolin, ce dernier a plus d'expérience que lui, plus de sagesse, plus de maturité mais à la fin du roman, c'est Manolin qui a le pouvoir sur Santiago, Santiago devient un enfant qui a besoin d'être pris en charge, et c'est Manolin qui décide d'endosser ce rôle. 

FUN FACTS: 

  • Hemingway a écrit ce roman pour prouver qu'il pouvait encore écrire des livres à succès, qu'il avait encore une longue carrière d'écrivain devant lui et qu'il n'étais pas finis.

  • Hemingway affirme qu'il n'y a pas de symbolisme dans ce roman. Il a même dit que "le vieil homme est un vieil homme, la mer est la mer, les requins sont des requins". 

  • Selon Hemingway le vieil homme et la mer est son plus beau livre. 

  • Lorsqu'il a été publié en 1952 dans un magazine, le vieil homme et la mer a été vendu à plus de 5 millions de personnes. 

  • Ce roman a fait d Hemingway un géant littéraire. C est grâce a ce roman qu il a gagne le prix Nobel de littérature en 1954. 

  • Ce roman a été adapté au cinema en 1958 par John Sturges.  


dimanche 2 mai 2021

Nord et Sud- Elizabeth Gaskell

"I know you despise me, allow me to say, it is because you do not understand me". 



Auteur: Elizabeth Gaskell

Genre: Roman

Date de publication: 1855

Edition: Alma

Nombre de pages: 478

Synopsis: Ce roman raconte l'histoire d'une jeune fille, "Margaret" qui vit avec ses parents dans le Sud de Londres à "Helston", un paradis sur terre, une ville où tout est calme, où la nature est tout ce qu'il y a de plus beau, où la seule inquiétude réside dans le fait de savoir où se tiendra le prochain diner et en compagnie de qui. Cependant, tout va changer lorsque le père de Margaret, le clergé du village va faire face à des doutes concernant sa foi et va donc décider de se retirer à Milton, au Nord de Londres, un quartier industriel qui se divise en deux classes, la classe des maitres et la classe des ouvriers. Lors de cette transition dans la vie de Margaret, cette derniere va faire face à de nombreuses déceptions, de nombreux problèmes, et elle va faire face à une rencontre qui va chambouler sa vie, une rencontre avec Monsieur Thornton, l'élève de son père et un grand entrepreneur qui dirige une usine. Ce roman est un roman qui met en relief différentes problématiques surtout celle de la séparation entre la classe ouvrière et les patrons. Cette séparation est mise en scène dans ce livre grâce aux nombreuses manifestations qui ont lieu et qui ont cédé à la violence. En effet, ce qui fait aussi la particularité de ce roman c'est l'histoire d'amour qui va naitre entre Margaret, une jeune femme fière, qui s'affirme et qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense et Monsieur Thornton, un homme qui est tendre, juste, courageux et honnête. Cette histoire d'amour va prendre du temps à voir le jour, en effet, cette histoire va être univoque pendant longtemps jusqu'à ce que Margaret réalise la chance qu'elle a d'être aimée par un homme aussi accomplit que Monsieur Thornton. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. Je trouve que certes il y a des longueurs et le livre prend du temps à démarrer mais à la fin du roman on réalise que tout ces petits événements avaient un sens. 

Je trouve qu'Elizabeth Gaskell a très bien mis en scène les difficultés de l'époque industrielle mais aussi tous ses avantages. En effet, elle montre la séparation entre la classe ouvrière et les patrons et les révoltes qui ont eu lieu mais elle montre aussi le côté positif de cette révolution industrielle, notamment le fait qu'elle menait à des progrès dans tous les domaines, que la vie dans un quartier industriel poussait les gens dans leur retranchements, que le travail les aidait à être persévérants, à être ambitieux, à aller toujours plus loin. On remarque que cet aspect positif a notamment été positif pour Margaret, une jeune fille qui est arrivée à Milton n'ayant rien connut des atrocités de la vie et qui en ressort grandie. Grâce à sa nouvelle vie, elle a réussit à se prendre en charge, à s'affirmer, à savoir communiquer avec n'importe quelle catégorie de gens. Elle a réussit à combattre les situations les plus terribles et les plus injustes avec un sang froid implacable. 

Je trouve que les personnages dans ce roman sont très biens décrits et exploités. Margaret est mon coup de coeur, je trouve que Gaskell a fait d'elle une véritable héroïne. Bien que cette dernière vivait dans une époque où la femme n'avait pas son mot à dire, elle ne pouvait pas travailler ni explorer le monde. Grâce au personnage de Margaret, la femme prend un autre aspect, Margaret reflète l'image d'une femme forte qui s'assume et qui n'a pas peur de vivre dans un monde où c'est l'homme qui domine la femme. Pour elle la femme a le droit d'agir comme elle le souhaite, elle a le droit de refuser des demandes en mariage si elle n'est pas intéressée et elle ne se réduit pas à être une femme soumise, dépendante mais elle fait tout ce qui est en son devoir pour être elle même, pour aimer qui elle veut, pour aider qui elle veut, pour être amie avec qui elle veut. 

Un autre personnage qui a captivé mon attention est Monsieur Thornton, ce dernier, est un homme accomplit, un homme qui n'a pas peur de ses sentiments, qui est capable de déclarer sa flemme à une femme qui ne l'aime pas. Cet homme est un homme qui s'est construit par lui même, qui a combattu de nombreuses batailles pour arriver où il est. C'est un homme bon qui est tendre et altruiste, c'est un homme qui n'abandonne jamais ses objectifs et va jusqu'à au bout des choses. En effet, ce qui m'a marqué dans ce roman c'est le fait que ce dernier n'a jamais cessé d'aimer Maragret meme si cette derniere ne l'aimait pas, il n'a pas abandonné et à chaque fois qu'il se faisait rejeté d'elle, il ravalait sa fierté et continuait à agir avec elle de la meilleure des façons, avec altruisme, avec générosité, avec tendresse. 

Je conseille à toutes les personnes qui aiment ce genre d'histoires, des histoires d'amour dans un cadre réaliste, dans une ville bruyante ne laissant pas place à l'éclosion d'une histoire mais qui emmène chaque individu à réfléchir à sa place dans la société et à son but dans la vie. Ce roman est très bien écrit et est très subtil. J'ai trouvé ce livre très agréable et très enrichissant, j'ai appris plein de choses sur l'époque de la révolution industrielle et j'ai trouvé que quoique ce livre traite de sujets clichés, il est quand même original parce qu'il décrit la réalité telle qu'elle sans rien rajouter comme artifices ou élément de fiction. 

"Margaret was not a ready lover, but where she loved she loved passionately, and with no small degree of jealousy". 

"I wanted to see the place where Margaret grew to what she is, even at the worst time of all, when I had no hope of ever calling her mine".

"Thinking has, many a time made me sad, darling, but doing never did in all my life... My precept is, "Do something, my sister, do good if you can, but, at any rate, do something". 

Fun FACTS: 

  • Elizabeth Gaskell était la seule survivante dans sa famille. 

  • Charles Dickens était fan de Gaskell, il l'appelait "Ma chère Scheherazade". 

  • Elizabeth Gaskell était très amie avec Charlotte Bronte, elle lui a meme écrit sa biographie "La vie de Charlotte Bronte". 

  • Elle a acheté une maison sans la connaissance de son mari pour séjourner las bas loin de la pollution de Manchester, une ville industrielle. 

mardi 13 avril 2021

Othello- Shakespeare

"Reputation is an idle and most false imposition , oft got without merit, and lost without deserving".

Auteur: Shakespeare

Genre: Pièce de théâtre

Edition: York classics

Date de publication: 1604

Nombre de pages: 250

Synopsis: Cette pièce de théâtre se déroule à Venise et à Chypre. Elle raconte l histoire d un général africain "Othello"dans l'armée vénitienne qui se fait piéger par Iago, un officier au service d'Othello, incarnation brut du mal et prêt à tout pour détruire son maitre qui lui fait croire que sa femme, Desdemona le trompe avec Cassio, le lieutenant d'Othello. Cette pièce de théâtre est une véritable tragédie qui met en scène de façon très réaliste la jalousie maladive et le pouvoir de la manipulation et des mots. Cette pièce est innovante parce que le personnage principal, Othello est noir de peau ce qui étais très rare dans les pièces de théâtre de l'époque. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé cette pièce de théâtre. Encore une fois Shakespeare nous livre une tragédie digne de ce nom qui met en scène une idée très importante et présente dans la vie de tous les jours traversant toutes les époques: lorsqu'une personne est manipulée et aveuglée par la passion. 

Tout débute lorsqu'Othello nomme son fidèle ami Cassio, lieutenant à la place de Iago. À partir de ce moment, Iago va nourrir un désir de vengeance infini envers Othello. Il conçoit ainsi un plan trompant l'ensemble de son entourage , il fait croire à Othello que sa femme le trompe avec Cassio, à Roderigo qu'il pourra récupérer la femme du More de laquelle il est amoureux, de sa femme en la faisant participer inconsciemment à ses tromperies, tout cela dans une hypocrisie indéfinissable. 

On remarque que cette tragédie fait apparaître deux sentiments principaux, un sentiment de pitié vis à vis d'Othello qui subit cette terrible manipulation mais aussi une terreur vis à vis de la violence que peut provoquer une telle passion. 

Ce n'est pas l'élévation d'un grand destin qui au moment crucial donne sa puissance tragique à Othello, elle vient plutôt de la densité des êtres. 

Othello est un personnage innovateur étant donné qu'il est noir de peau. À travers cette pièce, Shakespeare met en relief le racisme. Il montre en effet à plusieurs moments de la pièce que ce dernier est rejeté à cause de la couleur de sa peu, qu'il fait face à des préjugés. Même si ce dernier s'est converti au catholicisme et s'est marié à une femme blanche, cela ne suffit pas à l'intégrer dans la société. Il est seulement toléré pour son utilité et sa férocité au combat. 

Ce qui est intéressant dans cette pièce c'est le personnage de Iago. Ce dernier tire si bien les ficelles de trahison, il manipule si bien les personnages que seul le spectateur prend conscience de l'ampleur de son plan. "I follow him to serve my turn upon him. We cannot all be masters, nor all masters cannot be truly followed".

Les femmes dans cette pièce ne sont que des objets. En effet, Desdemona sert à intégrer Othello dans la société. Cassio lui l'utilise pour récupérer sa place de lieutenant auprès d'Othello. J'ai trouvé que même si Desdemona est manipulé dans cette pièce, Emilia a une certaine force et est un personnage féministe précurseur notamment avec sa tirade "But I do Think it is their husbands faults if wives do fall. Say that they slack their duties and pour our treasures into foreign laps. or else break out in peevish jealousies. Throwing restraint upon us, or say They strike us, or scant our former having in despite. Why, we have galls, and though we have some grace, yet have we some revenge. Let husbands know their wives have sense like them, they see, and smell, and have their palates both sweet and sour, as husbands have. What is it that they do when they change us for others? Is it sport? I think it is. And doth affection breed it? I think it doth. Isn't frailty that thrus errs? It is so too. And have not we affections? Desires for sport, and frailty, as men have? Then let them use us well, else let them know, the ills we do, their ills instruct us so".

"For she had eyes and she and chose me". 

"Men in rage strike those that wish them best". 

"She loved me for the dangers I have passed and I loved her that she did pity them". 

"Our bodies are our gardens to the which our wills are gardeners". 

FUN FACTS: 

  • Othello fait partie des pièces de Shakespeare les plus lues et les plus représentées au theatre, au cinéma et dans la littérature. 

  • Lors d'une des représentations de cette pièce, un spectateur a sauté sur scène pour défendre Desdemona d' Othello lors d'une des scènes de violence.

  • "Othello" veut dire richesse. 

  • Cette pièce a été adapté au cinéma pour la première fois en 1909 par Ugo Falena. 

  • Cette pièce a été adapté 20 fois au cinema. 





mercredi 7 avril 2021

The sun also rises- Ernest Hemingway

 "I can't stand it to think my life is going so fast and I'm not really living it".

Auteur: Ernest Hemingway

Genre: Roman

Edition: Scribner 

Date de publication: 1926

Nombre de pages: 250

Synopsis:  Ce roman parle de l'histoire de Jake Barnes et de Lady Brett Ashley, deux personnages qui vivent au 20ème siècle, le siècle maudit. Ces derniers vont faire fasse tout le long du roman à des désillusions, à des échecs amoureux, à des déceptions. En effet, Jake Barnes est un American qui vit à Paris et qui ne cesse de voyager un peu partout en Europe, ce dernier pense que grâce aux voyages il peut s échapper de la réalité, la triste réalité de sa vie plate, sans but. Lady Brett Ashley quant à elle fait face à une éternelle insatisfaction sentimentale, elle ne peut s'empêcher de passer d'un homme à un autre et de le quitter pour une petite chose, c'est une éternelle insatisfaite et c'est pour cela qu'elle restera toute sa vie solitaire dans une attente de bonheur qui n'arrivera jamais. Ces évènements se déroulent à Paris au début puis continuent à se mettre en place en Espagne, pendant la semaine de la fête, lors des combats de taureaux, une semaine qui est une réelle échappatoire à leur vie maussade et triste, une semaine qui ne laisse pas place au doute mais à l'émerveillement et au bonheur. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est le premier livre que je lis d'Ernest Hemingway et j'ai vraiment été impressionnée par son style d'écriture, c'est une écriture simple mais fluide qui va droit au but, en effet, il sait où mettre de jolies phrases et où ne pas en mettre. Il ne cherche pas à faire de ce roman une oeuvre d'art mais il cherche à mettre en oeuvre une histoire qui peut toucher des gens.

Ce que j'ai aimé dans ce roman c'est que l'histoire est assez atypique, je n'ai jamais lu auparavant un roman qui parlait uniquement de voyages entre une bande d'amis, ou bien de combats de taureaux. Je trouve que ce roman porte en lui une vague de douceur et de bonheur. Je trouve qu'il est un appel au voyage mais aussi à la quête de soi. En effet, au début du roman on assiste à une discussion entre Jake Barnes et son ami sur le fait de vivre sans réellement vivre, d'être un spectateur de sa propre vie et de chercher tout le temps quelque chose pour se sentir mieux et de passer finalement à côté d'opportunités et du bonheur. 

J'ai aimé le rappel qu'a fais l'auteur au siècle maudit, le 20ème siècle, un siècle de guerres incessantes et de malêtre profond. En effet, les auteurs à l'époque ne savaient pas où aller, ils ne savaient pas qui ils étaient,  ce qu'ils recherchaient, ils étaient perdus et Ernest Hemingway décrit très bien ce malêtre à travers cette chaine continuelle de voyages, de recherches de l'aventure qui n'aboutit pas vraiment à grand chose. 

Le personnage de Lady Brett Ashley m'a attiré l'attention. Cette dernière est une éternelle insatisfaite. Elle cherche l'amour à chaque fois qu'elle va quelque part, à chaque fois qu'elle rencontre un homme, elle ne peut s'empêcher d'aller vers lui, de lui plaire, de l'aimer pour le quitter au bout d'une semaine. Elle est l'exemple parfait de la femme qui ne sait pas où elle va et ce qu'elle veut, de la femme qui désire sans désirer, qui aime sans aimer, qui aime l'aventure mais qui s'effondre à la moindre désillusion et qui aime passionnément jusqu'à se lasser et passer à autre chose. C'est une femme qui a pris goût à la quête amoureuse mais qui réalise finalement que cette quête n'aboutira jamais à quelque chose de sérieux. 

Je trouve que ce roman ne peut pas plaire à tout le monde, l'histoire n'est pas vraiment originale et les personnages ne sont pas vraiment complexes mais les personnes qui apprécient le fait d'aller au-delà de l'histoire, au-delà des personnages pour capturer l'idée essentielle de ce roman et ce qu'il dégage l'aimeront surement beaucoup. 

FUN FACTS:

  • Ce roman décrit la vie des expatriés américains et anglais, de la génération perdue qui voyageait sans cesse pour oublier la première guerre mondiale, en ne s'attardant pas sur les personnages et leur façon d'être et leur sentiments l'auteur a voulu montrer encore plus le vide qui existait dans leur vie. 

  • The Sun also rises est le premier roman écrit par Ernest Hemingway et il a reçu des critiques très controversées, certaines personnes ont beaucoup aimé ce roman et d'autres ont détesté mais tout le monde était d'accord pour dire que Hemingway avait un style d'écriture incroyable. 

  • Ce roman a permis a Hemingway d'être nommé comme un des plus grands auteurs du 20ème siècle, ce roman est considéré comme étant un chef d'oeuvre et un classique de la littérature américaine.