samedi 18 septembre 2021

Confessions d'un masque- Yukio Mishima

"J'avais decidé que je pouvais aimé une jeune fille sans éprouver le moindre désir. C'était là sans doute l'entreprise la plus téméraire qu'ont eut vue depuis le début de l'histoire de l'humanité. Sans m'en rendre compte, je visais à devenir pardonnez-moi je vous prie, mon penchant pour l'hyperbole - un Copernic de la théorie de l'amour".


Auteur: Yukio Mishima

Genre: Roman 

Edition: Folio

Date de publication: 1949

Nombre de pages: 288

Synopsis: Ce roman raconte l'histoire de l'auteur Yukio Mishima, il raconte à travers ce livre sa lourde jeunesse en pleine guerre, il partage avec nous une part de lui même, une part qu'il a longtemps refoulée, son homosexualité. À travers ce roman il s'ouvre au monde, il retire son masque pour nous montrer son vrai visage. Il essaie à travers ce roman de convaincre le lecteur que l'homosexualité n'est pas un choix, c'est un destin, c'est inné. Ce roman nous montre aussi la pureté de l'amour japonais, combien lorsqu'un homme aime une femme il l'aime simplement, il n'a pas besoin d'artifices, de superficialité, une simple rencontre suffit à l'amour. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce livre très particulier. C'est le premier livre que je lit de cet auteur et j'ai apprécié sa sensibilité. Je trouve que la sensibilité japonaise est très belle parce qu'en apparence les japonais sont très froids et secrets, ils ne laissent pas paraitre leurs émotions mais au fond d'eux-mêmes il existe un monde intérieure inimaginable. Ce que j'ai apprécié dans ce roman c'est la franchise de l'auteur, il nous livre toutes ses pensées, ses peurs, ses angoisses, ses désirs, ses envies, ses déceptions, ses questionnements et son conflit intérieur entre l'acceptation de son homosexualité et le rejet de son homosexualité pour être plus "normal", rentrer dans les normes. 

Je trouve que les japonais ont une façon particulière d'aimer. Ils aiment simplement et tendrement, on a l'impression que tout est facile et qu'il n'y a pas besoin d'artifices dans la relation, de superficialité, d'efforts. Un japonais tombe amoureux comme ça, simplement, lors d'une rencontre banale, avec une fille commune  et une conversation normale, il n'y a aucun critère physique posé de base ou aucunes histoire imaginée et crée de toutes pièces, une seule rencontre suffit.

Ce que je trouve très intéressant dans ce roman. C'est le fait que l'auteur ait fait une analyse sur l'homosexualité en nous partageant son conflit intérieur, on comprend que l'homosexualité n'est pas un choix, c'est un destin, c'est inné, c'est parfois subit comme un fardeau. L'autre subit son homosexualité dans une société qui ne l'accepte pas. L'auteur met en relief la complexité de l'homosexualité à travers la séparation qu'il fait entre l'amour, se traduisant comme un attachement purement désintéressé se rattachant spirituellement à l'âme de la personne, à son intellect, à sa façon d'être et le désir charnel, qu'il éprouve pour le sexe masculin. Ce désir sexuel est purement corporel, physique, à aucun moment l'auteur ne cherche à s'intéresser à l'autre sexe, à son intellect, à son âme, à sa façon de se comporter, à ses caractéristiques, ce qu'il recherche est uniquement l'attraction physique. 

J'admire cet auteur qui a consacré tout un livre pour s'exprimer sur une chose qui même de nos jours n'est pas forcément admise. Il nous livre ses pensées les plus intimes et nous fait part de sa lâcheté, de sa cruauté à certaines moments, de son manque d'ambition, de son manque d'attention. 

L'auteur a vécu sa jeunesse sans vraiment la vivre, il était passif à la vie, aux gens, à sa famille, à ses amis, il vivait comme pendant la guerre en attendant de mourir. Je conseille à tous le monde de lire ce livre qui évoque un sujet important, d'actualité, un sujet où les personnes ont du mal à en parler, où la société le nie et le rejette. Grâce à ces auteurs qui ont le courage d'en parler sans aucune honte ou peur, l'homosexualité réussit à être un sujet plus normal, un mal être qui ne devrait plus en être un et quelque chose de tout à fait naturel, quelque chose qui ne devrait plus faire l'objet de controverses ou de critiques incessantes ou de préjugés. L'homosexualité doit être acceptée comme Yukio Mishima l'a accepté après l'avoir longtemps rejeté et reniée, il a finit par comprendre qu'il jouait un rôle qui n'était pas le sien, qu'il portait continuellement le visage d'un autre, un masque qui ' enfermait, qui l'empêchait de vivre, qui le poussait à faire de mauvais choix qu'avaient des conséquences terribles et désastreuses pour les autres. 

En écrivant ce roman intitulé "Confessions d'un masque", Yukio Mishima a choisit de se libérer de son masque pour être lui-même face à lui-même, face aux lecteurs, face à son entourage et face au monde. Il a osé retirer son masque protecteur pour vivre dans l'instabilité mais heureux. Il a retiré son masque d'homme "normal" dans la société contre son masque d'homme homosexuel qui assume et qui est heureux et apaisé et soulagé d'un poids immense à porter continuellement dans la vie quotidienne de tous les jours en société.

FUN FACTS:

  • Ce roman est un roman autobiographique. 

  • Yukio Mishima s'est suicidé le 25 novembre 1970 à 45 ans, éventré d'un seppuku à la manière d'un samouraï. Sa mort était théâtrale. Mais ce suicide a figé dans la stupeur et dans l'effroi l'image d'écrivain sulfureux qu'il s'était construite contribuant à sa renommée mais éclipsant quelque peu son oeuvre. 





Les feux de l'automne- Irène Némirovsky

 "Moi? Ma devise désormais c'est "Dans la vie faut pas s'en faire". Les pires imprudences, les plus imprudences folies, je les accomplirai l'âme sereine, sur que rien n'agit sur rien et que tout continuera à rouler comme par le passé, tant bien que mal. Je ne crois plus aux catastrophes, puisque la dernière a avorté. Je ne crois plus au malheur , ni à la mort. L'humanité toute entière est dans l'état d'esprit d'un enfant à qui Croquemitaine a cessé de faire peur". 

Auteur: Irène Némirovsky

Genre: Roman

Edition: Folio

Date de publication: 1957

Nombre de pages: 280

Synopsis: Ce roman est divisé en trois parties. La première se déroulant pendant la Première guerre mondiale, la Deuxième se déroulant entre les deux guerres et la Troisième pendant la Seconde guerre mondiale. Je trouve ça très intéressant le fait que cet auteur a choisit de rédiger un roman sur une histoire qui s'étend tout le long des deux guerres, parce que les personnages vont revivre cette atrocité deux fois et vont apprendre des choses ces deux fois. Ce roman raconte l'histoire de deux personnages, Thérèse, une jeune femme qui a perdu son mari pendant la première guerre mondiale et qui cherche l'amour et Bernard, jeune homme combattant qui a été un héros pendant la Seconde guerre mondiale et qui une fois la guerre terminée a perdu l'envie de tout jusqu'à ce qu'il rencontre Thérèse. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. J'aime enormement les romans qui traite de la guerre. Je trouve que grâce à ces romans les générations qui n'ont pas vécu la guerre et qui la vivent qu'à travers les récits de ceux qui l'ont vécu ont la chance de revivre avec l'histoire de l'auteur ces moments terribles, tristes, remplis de desespoir.

Ce que j'aime dans ce roman c'est le fait qu'il soit divisé en trois parties. Je trouve qu'on retrouve vraiment une évolution des personnages notamment Bernard, qui à cause de la guerre a perdu quatre années de sa vie. Le fait d'étendre ce roman aux deux guerres nous aide à mieux comprendre les conséquences désastreuses de ces guerres sur le moral, sur la vie des combattants et surtout des jeunes combattants mais aussi sur la vie de leurs femmes et de leurs enfants. 

Ce qui m'a marqué dans ce roman c'est surtout l'histoire d'amour qui est mise en relief. L'histoire d'amour entre Thérèse, veuve, et Bernard, ancien combattant. Une histoire d'amour qui va naitre naturellement, et qui va se conclure par la force des choses. Malheureusement lorsqu'un mariage est conclut par un coup de tête, sans vraiment y réfléchir, et que les deux époux ne se connaissant pas assez, cela ruine le mariage d'avance, il n'y a aucune complicité, il n'y a pas encore d'amour. La derniere phrase du livre m'a énormément marquée, parce que c'est à la fin du livre que Thérèse réalise que Bernard lui appartient enfin, il n'a plus besoin d'aller voir ailleurs parce qu'il a tout perdu à cause de la guerre, il a perdu le goût de vivre, cette envie de rattraper le temps perdu, ce goût de l'aventure et de la découverte et de profiter de la vie. La guerre lui a prit son envie de vivre et Thérèse a retrouvé l'amour de son mari, un amour de dernier recours, un amour de désespoir, un amour salvateur et pure qui peut braver tout les obstacles de la vie. 


FUN FACTS:

  • Irène Némirovsky est une écrivaine russe.

  • Elle était juive et elle fut tuée à 39 ans à Auschwitz. Avec sa disparition dans les camps d'extermination cette écrivaine talentueuse et populaire tomba dans l'oubli. 



lundi 9 août 2021

Les plus belles histoires d'amour d'Hollywood, Humphrey Bogart

 "Elle avait tant de souvenirs, tant de bonheurs avec Bogie, que maintenant Betty ne se rappelait plus rien. Rien. Comme si cela n'avait jamais existé. Et pourtant un visage resterait sur les images, sur les écrans de tous les cinémas du monde: Humphrey Bogart". 

Auteur: Humphrey Bogart

Genre: Roman

Edition: Balland

Date de publication: 1981

Nombre de pages: 219

Synopsis: Ce roman raconte l'histoire de Humphrey Bogart, un des acteurs américains les plus connus. Il relate les histoires d'amour de cet acteur, ses histoires d'amour avec différentes femmes qui l'ont façonné et qui ont fait de lui ce qu'il était. Avec Helen, il se sentait protégé, avec Mary il sentait qu'il l'a protégeait, avec Mayo c'était la folie, l'ouragan, le cyclone, la tempête et avec Lauren Baccal c'était l'amour de sa vie, la simplicité, l'attachement, l'amour mais sans la passion. Avec elle, Humphrey a enfin comprit ce qu'était l'amour, le vrai, l'amour sincère, l'amour pur, l'amour simple. 

Mon avis:

Grâce à ce roman, j'ai appris à mieux connaître cet acteur. Cet acteur a l'apparence d'un dur, froid, violent mais qui n'est en réalité qu'un être tendre, doux et compréhensif. Je trouve que le fait d'écrire un roman sur un acteur nous aide à mieux le comprendre, à mieux comprendre son jeu d'acteur et les rôles qu'il interprète. 

Souvent un acteur choisit des rôles qui diffèrent totalement de sa personnalité, mais Humphrey, lui, choisissait toujours des rôles qui lui allaient à la peau, des rôles où il était lui même, cet être dur de l'extérieur et tendre à l'intérieur. De plus, ce que j'ai aimé aussi dans ce livre c'est le fait qu'il fait en quelque sorte l'éloge des femmes, on comprend que c'est grâce à ses différentes femmes que Humphrey a évolué, a grandit, a apprit ce qu'il voulait et ce qu'il ne voulait pas. 

Je connaissais cet acteur notamment dans deux films que j'ai vu, Casablanca et Sabrina et grâce à ce livre je l'ai encore plus apprécié, maintenant je peux voir ses autres films en comprenant ce qu'il vivait à l'époque, la femme qu'il avait épousé, l'état d'esprit dans lequel il se trouvait, sa façon d'être et de penser. Cet acteur est charismatique, il représente un peu l'homme de l'époque, un homme qui était ambitieux, qui se donnait les moyens d'arriver où il voulait, un homme séducteur qui pouvait avoir n'importe qu'elle femme qu'il voulait, un homme qui voulait avoir une carrière.

FUN FACTS: 

  • Le surnom de Humphrey Bogart était Bogie. 

mardi 20 juillet 2021

Les plus belles histoires d'amour de Hollywood, Clark Gable- Ronald Fearfar

 "De même qu'elle l'avait laissé la conquérir, Carole lui apprit la connaissance de soi en le laissant simplement être lui. Avec Joséphine, il avait vécu le siècle. Avec Ria, il avait vécu la société. Avec Carole, Clark vécut son Moi'. 

Auteur: Ronald Fearfar

Genre: Roman

Edition: Balland

Date de publication: 1981

Nombre de pages: 216

Synopsis: Ce roman raconte l'histoire de Clark Gable. Ses histoires d'amour, comment grâce à ses femmes il a gagné en succès et en confiance. Clark Gable n'était pas voué à être un grand acteur à cause de ses oreilles décollées et de son talent qui n'était pas encore reconnu, mais grâce à sa première femme il a été reconnu comme étant un grand acteur, il a construit sa carrière, il a gagné le coeur des gens. Clark Gable est une icône du cinema américain, malgre le fait que sa carriere a mis du temps a démarrer, il a réussit à se faire une place, à être admiré par les gens, d'être admiré et d'être adulé par les femmes. Ce roman nous fait part de quelques parties de la vie de Clark Gable, des parties de sa vie qui nous permettent de mieux comprendre son personnage. 

Mon avis:

Clark Gable est un homme, un vrai. Je pense que n'importe quelle femme qui a vu Gone with the Wind ou qui a lu Gone with the Wind s'est éprise passionnément de lui. C'est un homme qui a une présence, qui a du charisme, qui a de la classe et de l'élégance, c'est un homme viril qui sait comment se comporter avec les femmes. Mais je pense que ce qui fait de Clark Gable ce qu'il est c'est surtout le fait qu'il est lui-même. Clark Gable c'est Bill Gable, et Bill Gable c'est Clark Gable. 

Je trouve que c'est super intéressant de lire des livres de ce genre, des romans qui mettent à jour un acteur mais avant tout l'humain caché derrière lui. Dans ce livre il n'y a pas de façade, il n'y a pas d'exagération, il n'y a que la vérité, les débuts difficiles de Clark Gable, son pouvoir d'attraction avec les femmes, le fait qu'il sache tirer profit de ses avantages et le fait que c'est un homme qui a toujours assumé qui il était et il ne jouait aucun rôle avec les gens. Il était lui-même en toute circonstance. Je pense que ce qui est marquant dans ce roman c'est surtout son mariage avec Carole Lombard, son coup de coeur, la femme de sa vie, son âme soeur, la femme qui l'a aidé à s'accepter tel qu'il était, la femme qui le complétait, qui était folle, qui aimait le danger. C'est une relation qui l'a élevé vers le haut mais aussi au plus bas. C'est une relation qui l'a brisé et cet homme n'a plus jamais été le même après le décès de sa chère compagne. 

Je conseille ce livre à tous les fans de Clark Gable, à toutes les personnes qui ont apprit à aimer ce personnage, cet homme charismatique, spécial et intriguant. 

FUN FACTS: 

  • Clark Gable s'appelait Bill Gable. 

  • Clark Gable s'est fait refaire toutes ses dents grâce à sa première femme Joséphine. 


L'échappée belle- Anna Gavalda

 "Et puis nous avons parlé de nos parents. Comme toujours. De Maman et de Pop. De leurs nouvelles vies. de leurs amours à eux et de notre avenir à nous. Bref, de ces quelques bricoles et de ces quelques gens qui remplissaient nos vies. Ce n'était pas grand-chose ni grand monde et pourtant... c'était infini". 

Auteur: Anna Gavalda

Genre: Roman 

Edition: Le dilettante 

Date de publication: 2009

Nombre de pages: 165

Synopsis: Ce roman raconte l'histoire d'une famille, de deux soeurs et de deux frères qui ont fait leur vie chacun de leur côté et qui lors d'une journée se retrouvent tous pour vivre un weekend très agréable, sincère, drôle et plein de surprises. C'est un livre qui met de bonne humeur qui est simple à lire et qui met en relief les difficultés des relations fraternelles et comment elles se perdent et se retrouvent on ne sait pas comment. C'est un livre qui fait du bien, qui nous donne envie d'avoir une bonne relation avec ses frères et soeurs et qui nous permet de nous remettre en question sur notre façon d'être avec nos frères et soeurs. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. Je trouve que c'est un roman qui parle d'un sujet de tous les jours, un sujet banal mais qui tient à coeur chaque personne. La famille c'est ce qu'il y a de plus important et les frères et soeurs ont un lien indestructible. Cependant, ce lien comme il est mit en oeuvre dans ce roman peut être brisé par des mariages, par des modes de vie différents, par des différences de caractères mais au final, l'amitié entre des frères et soeurs est naturelle et elle finira toujours par refaire surface un jour ou l'autre. 

Ce qui m'a marqué dans ce roman c'est l'intelligence de la construction de l'idée. En effet, ce roman est un roman qui raconte une histoire qui se déroule pendant deux jours et qui nous permet de mieux connaitre chaque membre de cette famille mais aussi leur relation ensemble. À aucun moment l'auteur ne s'attarde sur des détails de la vie de chaque personnage ou de leur enfance ou de leur vie présente, ce que l'auteur cherche à faire c'est de nous communiquer le sens de la famille, le sentiment d'appartenance à une fraternité, à une famille unique et le fait de tout donner pour que ces relations ne se perdent pas.

Je conseille ce roman à toute personne qui aime ce genre d'histoires, qui apprécie la simplicité d'une telle histoire et qui a envie de se remettre en question par rapport à ses relations familiales. 

FUN FACTS: 

  • Selon Anna Gavalda, "ce livre n'a pas d'autres prétentions que de vous inviter à partager ce pique-nique, entre gens qui s'aiment, et qui aiment la vie". 


samedi 17 juillet 2021

Les sirènes de Bagdad- Yasmina Khadra

" Kadem n'avait pas tout à fait raison. Ce n'est pas le monde qui est tombé bien bas ce sont les hommes qui se complaisent dans la bassesse . Il ne s'agit pas de laver son corps mais son âme de jeunes gens. Si vous êtes pourris de l'intérieur, ni les fleuves ni les océans ne pourraient vous désinfecter". 

Auteur: Yasmina Khadra

Genre: Roman

Edition: Pocket

Date de publication: 2009

Nombre de pages: 317

Synopsis: Ce livre raconte l'histoire d'une jeune homme qui est né à Kafr Karam, en Irak pendant la guerre qui opposait l'Irak aux américains. Ce roman relate la vie de ce jeune homme qui étais faible, lâche, sans objectifs, sans but à atteindre et qui du jour au lendemain lorsque les américains ont tué son père sans raisons valables et qu'ils ont porté atteinte à son honneur, ce dernier a été se réfugier à Bagdad, une ville qui le réconfortait avant mais qui a bien changé après la guerre, c'est une ville où règne le danger, les quartiers mal famés, les hommes haineux et souhaitant se venger de l'Occident. Ce personnage principal débarque dans cette ville avec qu'un seul objectif, laver l'honneur de sa famille ce qui va l'emmener dans des projets très dangereux, qui va le pousser à agir de maniere tout à fait déplacé et violente et qui va l'encourager à aller dans le mauvais chemin, un chemin de haine et de vengeance. 

Mon avis:

J'ai aimé ce roman pour de nombreuses raisons. Je trouve que c'est fascinant de lire un livre qui relate une histoire pendant la guerre parce que c'est en temps de guerre que les vrais caractères se révèlent, que les hommes perdent peu à peu leur humanité, qu'ils se déshumanisent et qu'ils deviennent des acteurs de violence, de brutalité, d'injustice, de haine, de vengeance. 

Yasmina Khadra dans ce Roman a choisit de mettre en scène l'histoire d'un personnage qui n'a pas de nom pour pousser le lecteur à s'intéresser plus à l'idée du roman qu'à l histoire du personnage. À aucun moment le lecteur ne s'identifie au personnage parce qu'il ne connait pas vraiment le fond de ses pensées, il vit à travers ce personnage les désastres de cette guerre en Irak mais à aucun moment le lecteur ne vit avec le personnage, ce personnage est un inconnu de nom et est aussi un inconnu pour le lecteur.

Ce qui m'a marqué c'est le fait que ce roman est neutre, il relate des faits sans prendre partie. En effet, à aucun moment on ne ressent l'avis de l'auteur, on est juste la, spectateur de la violence, on assiste à des faits qui se sont produits sans que l'auteur ne porte un jugement négatif dessus, sans qu'il prenne partie pour l'Occident ou pour les irakiens. Je trouve aussi que la plume de Yasmina Khadra est très belle, elle est pure, simple, fluide, intéressante. On retrouve dans le roman plein de philosophies de vie qui se renferment dans des phrases simples au premier abord mais qui regorgent de sens. 

Je conseille ce roman à toutes les personnes qui souhaitent connaitre un peu plus cette guerre qui a eu lieu entre les irakiens et les américains, mais en particulier ceux qui souhaitent voir un peu comment la haine véhicule encore plus de haine et que la haine aboutit à de la destruction, de la violence, de l'indifférence  et de la vengeance. 

FUN FACTS:

  • Les sirenes de Bagdad a ete adapte au cinema par Alexandre Arcady en 2012. 


mercredi 14 juillet 2021

La clé sur la porte- Marie Cardinal

 "J'aimerais me jeter dans ces pages, ouvrir les vannes, que toute ma pensée épaisse s'écoule comme une lave, barbouille les flancs du volcan et entre enfin dans la mer où elle se solidifierait, loin de moi, loin de mon coeur qui, pour le moment, est gros à craquer". 

Auteur: Marie Cardinal

GenreRoman

Edition: le livre de poche

Date de publication: 1978

Nombre de pages: 222

Synopsis: Ce livre raconte l'histoire d'une femme, une maman, qui a un régime de vie totalement différent des autres mamans. Pour elle, pour que ses enfants soient bien éduqués, il est nécessaire qu'elle ouvre sa porte à tout le monde, aux adolescents étrangers, français, pauvres, riches pour que ses trois enfants apprennent la vie, qu'ils soient au contact de plein de gens différents, pour apprendre d'eux, que ce soit de leur actions positives ou de leurs erreurs, leurs fautes, leurs déchéance. Cette maman pense que le meilleur moyen pour des parents de contrôler ce que font leurs enfants tout en leur laissant la liberté est d'ouvrir leur maison à leurs amis, ainsi, ils pourront toujours contrôler ce qu'ils font, qui ils fréquentent, comment ils évoluent, qui ils sont sans jouer le rôle de la police et sans se faire détester par leurs enfants. 

Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est un livre très original qui met en relief la difficulté du rôle de parent mais aussi ce qu'il se passe lorsque ce parent décide de devenir complice de la vie de leurs enfants. L'entente entre les parents et les enfants n'est pas impossible si chacun en met du sien. Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman c'est l'originalité de l'idée, le style d'écriture qui est fluide, très agréable à lire et aussi l'humour que l'on retrouve, plein de petites situations drôles. 

Le personnage de la maman est intéressant et bizarre à la fois. On se demande comment cette maman a pu développer ce nouveau concept éducation. Comment elle peut vivre ainsi, entourée de nombreux adolescents. Comment elle n'étouffe pas. Mais c'est le contraire qui se produit, elle est libérée quand elle se sent entourée par cette jeunesse si complexe, si débile, si enivrante. À travers cette jeunesse elle revit sa propre jeunesse, l'échec de l'éducation de ses parents, elle apprend à mieux comprendre ses enfants en comprenant les enfants des autres. 

Je conseille ce roman à toutes les personnes qui recherchent à comprendre l'éducation des parents envers leur enfants, une éducation toute nouvelle, originale et qui est drôle. 

FUN FACTS:

  • Ce roman a été adapté au cinéma par Yves Boisset en 1978.